Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

GEMAPI

Depuis le 1er janvier 2018, la Communauté de Communes Sarrebourg Moselle Sud a intégré la compétence Gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations (GEMAPI), une compétence obligatoire depuis cette date. Cette responsabilité est un enjeu crucial pour notre territoire.

Objectifs de la GEMAPI

L’objectif principal de la compétence GEMAPI est de restaurer les fonctions naturelles des cours d’eau, d’améliorer leur potentiel écologique et de répondre aux cadres européens concernant la qualité de l’eau. Cette compétence soutient également le fonctionnement des stations d’épuration, assurant un meilleur traitement des eaux usées.

Les principales missions de la GEMAPI

Entretien et aménagement des cours d’eau, canaux, lacs et plans d’eau

Assurer la maintenance et l’amélioration des systèmes aquatiques pour garantir leur bon fonctionnement écologique

Protection et restauration des sites, des écosystèmes aquatiques et des zones humides

Préserver et réhabiliter les milieux aquatiques et humides pour maintenir leur biodiversité et leurs fonctions écologiques

Lutte contre les inondations

Mise en place de solutions naturelles pour lutter contre les inondations. La mise en place d’infrastructures peut aussi être envisagée pour protéger les populations et les biens face aux risques liés aux inondations.

Mise en place d’un ouvrage de ralentissement dynamique entre Réding et Hommarting

L’Eichmatt est un affluent en rive droite de la Bièvre. Ce cours d’eau traverse les bans communaux de Hommarting et Réding avant de se jeter dans la Bièvre au niveau de Sarrebourg.
La commune de Réding a subi de manière récurrente des inondations par débordement de l’Eichmatt. En 2018, la CCSMS a lancé les travaux de mise en œuvre d’un ouvrage de ralentissement dynamique des crues de l’Eichmatt, par effet de surstockage en amont du remblai routier de la RD 1004.

Ces travaux font suite à plusieurs études :

  • Étude hydraulique pour la protection contre les crues de l’Eichmatt – décembre 2006
  • Étude complémentaire des risques inondations et de ruissellement sur le bassin de l’Eichmatt – mars 2007
  • Déclaration d’Utilité Publique (DUP) – programme de lutte contre les inondations de l’Eichmatt – novembre 2007
  • Dossier de demande d’autorisation au titre de la Loi sur l’Eau – analyse des risques de défaillance des ouvrages projetés – janvier 2008
  • Dossier de porté à connaissance modificatif du Dossier Loi sur l’Eau existant – AP du 23/11/2017
Période de retour de dimensionnement 20 ans
Volume utile de la retenue 138 000 m³ (cote 260,0 m NGF)
Cote crête retenue 260,50 m NGF
Cote surverse de sécurité 260,00 m NGF
Débit de fuite maximum en sortie d’ouvrage 6 m³/s
Ouvrage de fuite Vanne guillotine carrée de 1 m de côté
Fe Ouvrage de vidange 255,50 mNGF
Surface inondée 8,8 ha
Hauteur d’eau maximale/TN 4.8 m
Hauteur digue/TNe 5.3 m
Temps de remplissage (T=20 ans) 8h20
Temps de vidange (T=20 ans) je suis votre deuxième cellule
Pour une période de retour de 20 ans, l’ouvrage monte en charge, les parcelles ont amont sont inondées mais aucun déversement par la surverse n’est observé Pour une période de retour de 100 ans, il y aura débordement par la surverse. Selon les modélisations hydrauliques, le débit en sortie de l’ouvrage (débit de fuite + débit de surverse) devrait être de l’ordre de 9 m³/s, ce qui reste inférieur à 10 m³/s qui est le débit à partir duquel la commune de Réding commence à être inondé. En théorie, l’ouvrage protège encore les habitations pour une crue centennale.

Un passage régulier est effectué pour inspection. Il est systématique suite aux fortes pluies.

Un système d’alarme est assuré par une sonde permettant de suivre le niveau des eaux avec retransmission de l’alerte par GSM.

  • Renaturation du nouveau tronçon de cours d’eau créé via des techniques végétales accompagnée de plantations et d’un ensemencement de berges ;
  • Remplacement de 2 buses de ø 600 par un dalot rectangulaire semi-enterré ;
  • Installation de 3 seuils transversaux pour lutter contre l’incision du cours d’eau ;
  • Pose d’une buse ø500 sous le chemin ;
  • L’ancien lit en pied de l’ouvrage a été partiellement comblé en préservant 200m² dans son état d’origine ;
  • La mare existante a été agrandie à 80 m² et creusée en surprofondeur de 0.60m ;
  • Travaux de plantations
  • Budget MOE : 47 000 € HT
  • Budget travaux lot 1 terrassement LINGENHELD : 304 000 € HT
  • Budget travaux lot 2 IDVERDE : 41 000 € HT
  • TOTAL : 392 000 € HT
  • Financé à hauteur de 60% par l’Agence de l’Eau Rhin Meuse sous réserve de la mise en œuvre d’un programme de restauration ambitieux de l’Eichmatt.

Périmètre d’étude
L’ensemble du linéaire depuis la source en amont de Hommarting jusqu’à la confluence avec la Bièvre. (Vision globale à l’échelle du bassin versant)

Problématiques rencontrées

Le cours d’eau a été recalibré sur sa partie amont et a subi ponctuellement de lourds travaux d’hydraulique (traversées urbaines). Les sinuosités et érosions de berges observées témoignent d’une reprise de dynamique naturelle du cours d’eau.

L’Eichmatt est un cours d’eau en reprise de dynamique avec des méandres en formation, des sinuosités, des zones d’érosions et des atterrissements, qui participent à la création de nouveaux habitats pour la faune et la flore. La problématique majeure est la présence d’ouvrages hydrauliques faisant obstacle à la continuité écologique de type seuils et buses. Certains linéaires agricoles sont exempts de ripisylve.

On note également la présence de résineux et d’un défaut d’entretien de la végétation rivulaire (notamment sur la partie aval du tronçon où de nombreux embâcles sont observés).

Actions programmées

  • Gestion raisonnée de la végétation (non gestion et libre évolution le cas échéant)
  • Gestion des embâcles
  • Gestion des atterrissements
  • Enlèvement des déchets anthropiques
  • Coupes d’espèces non adaptées aux berges de cours d’eau (résineux)
  • Plantations
    Travaux réalisés à ce jour pour un montant de 100 000 € HT (MOE comprise)

 

  • Restauration de la continuité écologique : 8 ouvrages dont 1 étang
  • Renaturation/diversification : reméandrage, création d’une zone humide et d’une zone inondable en centre village où le cours d’eau a été très rectifié afin de répondre à un double enjeu
    • Reconquête de la biodiversité liée au cours d’eau et à ses milieux associés par diversification des écoulements
      Limitation des problèmes d’inondations par des solutions fondées sur la
    • nature : limitation du risque d’érosion et d’inondation par augmentation du linéaire du ruisseau (pente diminuée et vitesse diminuée) et augmentation de la capacité hydraulique en hautes eaux (expansion de crue en lit majeur)
      Négociation, modélisation et étude en cours

 

Focus sur le reméandrage du ruisseau en aval de la rue de l’École

 

  • Projet très ambitieux car ne concerne que des parcelles privatives
  • 350 ml de cours d’eau
  • 13 propriétaires à convaincre : programme uniquement basé sur le volontariat
  • Tentative de rachat d’une bande de largeur d’environ 4 m à l’arrière des habitations sur des terrains constructibles
  • Se pose la question de la gestion de ces parcelles à l’avenir : engagement fort à prendre par la CCSMS pour convaincre les propriétaires riverains 


Financement

  • Étude, MOE et travaux financés à hauteur de 80%.
  • Volet 1 : 100 000 € HT (MOE comprise)
  • Volet 2 : chiffrage en cours selon actions retenues et réalisables (accord des propriétaires)

Le programme de renaturation au-delà du volet biodiversité, contribue également à la limitation des inondations par débordement de l’Eichmatt.
Une démarche globale et complète de prévention des inondations et de gestion des milieux aquatiques a été mené via ces 2 programmes d’actions et de travaux complémentaires.

Ouvrage Eichmatt

Accompagnement et Expertise pour la Gestion des Eaux Pluviales et du Risque d'Inondation à Hilbesheim – Rue Etzelmatt

Vue de champs à Hilbesheim

La commune d’Hilbesheim, en particulier la rue Etzelmatt, est sujette à des ruissellements importants lors de fortes pluies, notamment en raison de la saturation des sols argilo-limoneux et de la topographie locale. Un épisode pluvieux exceptionnel le 25 juin 2016 a mis en évidence la nécessité de gérer ce risque d’inondation de manière durable.

  • Réduire le ruissellement et l’érosion des sols.
  • Limiter les impacts des inondations sur les zones urbaines.
  • Intégrer des solutions économiquement viables et respectueuses de l’environnement.
  • Plantation de haies : Mise en place de haies pour réduire la vitesse du ruissellement et limiter le transport des boues vers les zones urbaines.
  • Reconversion des parcelles labourées en prairies permanentes : Négociations avec les exploitants agricoles pour transformer les terres labourées en prairies, réduisant ainsi le ruissellement.
  • Dispositif de rétention des eaux de ruissellement : Aménagement d’un terrain pour créer un dispositif de rétention, visant à réduire le ruissellement dans des conditions techniques et économiques raisonnables.
  • Réduction de la vulnérabilité des habitations : les bâtiments touchés par les inondations ont été évalués, et des mesures de protection telles que la construction de murets et de déflecteurs ont été recommandées.
  • Aménagements hydrauliques durables : création de noues en cascade pour ralentir et infiltrer les ruissellements, tout en maintenant la vocation agricole du terrain.

Autres actions

Pour chaque intervention sur les cours d’eau, nous faisons appel à des bureaux d’études spécialisés en environnement pour évaluer les impacts potentiels sur la faune et la flore. Les actions peuvent varier de simples nettoyages (ramassage de déchets, entretien des berges) à des projets plus ambitieux comme la plantation d’espèces végétales appropriées, restauration et renaturation de ruisseaux.

Vue du ruisseau de Langatte après restauration et renaturation
Restauration et renaturation du ruisseau de Langatte et de ses affluents

Des questions ?

Hélène LANDOLT et Stéphane WILLAUME

Gestion des zones humides

Les zones humides sont essentielles pour la prévention des inondations et la préservation des espèces protégées. Elles jouent un rôle crucial dans la rétention des eaux et servent de refuges pour la biodiversité.

Initiatives futures

Un inventaire complet des zones humides et inondables sur tout le territoire de la CCSMS est prévu. Par exemple, à Abreschviller, nous souhaitons proposer une délibération au Conseil Municipal afin de mettre en place des actions pour protéger les zones humides et les exclure des zones constructibles du PLU (sur la base de la volonté de la mairie et des propriétaires).